Senoufo , Objet d'art de l'ethnie Senoufo - Art-africain.fr
fermer cette fenêtre


Senoufo

Il existe deux types de masque chez les Sénoufo :

  • Les masques Sénoufo faciaux anthropomorphes appelés kpélié
  • Les masques Sénoufo heaumes zoomorphes, appelés poniugo

Les masques Sénoufo kpelie font référence à un ancêtre. Ce masque Sénoufo représente une belle jeune femme avec un visage ovale allongé, un long nez à petites ailes, les « jambes » en haut et en bas du masque représentent des mèches de cheveux, les décors à droite et à gauche du visage : les oreilles.

Les masques Sénoufo zoomorphes se présentent comme un heaume spectaculaire dont les éléments zoomorphes sont sculptés sur un plan horizontal. Les caractéristiques de plusieurs animaux peuvent apparaître selon l’usage du masque : cornes d’antilope, dents de phacochères

Parmi les statues Sénoufo, on remarque :

-        Les statues Sénoufo magiques (kafigueledio).

Ce sont des statues sommairement taillées couvertes de tissu foncé des pieds à la tête. Les bras sont mobiles et tiennent des armes en bois ou en métal. La tête est recouverte de plumes ou de pics de porc-epic. Cette statue est liée à la magie noire.

-        Les statues Sénoufo deble

Ces statues Sénoufo jouent un rôle lors des funérailles et du Poro. Grandes d’environ 1 mètre elles figurent une femme debout, les bras le long du corps, les mains sur l’aine, les pieds posés sur un gros cylindre comme un mortier.

Les Sénoufo vivent au nord de la côte d’Ivoire, au Mali et en haute volta. C’est un peuple d’agriculteurs qui cultive essentiellement l’igname.

Les masques Senoufo

Il existe deux types de masque chez les Sénoufos :

  • Les masques faciaux anthropomorphes appelés kpélié
  • Les masques heaumes zoomorphes, appelés poniugo

Les masques Sénoufo kpélié font référence à un ancêtre et dans certains cas à Katyelëëo, l’ancêtre primordial ou dieu féminin. Ce masque a plusieurs usages :

-        Danse à la fin de la 2ème phase du Poro : à cette occasion, le masque est accompagné d’un couvre nuque noir et de cauris

-        Danse pour la fécondité, quand le masque est accompagné d’une grande couverture autour de la nuque

-        Lors des enterrements, le kpélié est porté par les membres de la société secrète kulibèlè dont il le masque et permet à ses membres de se remémorer le défunt.

-        Il est utilisé dans un but de divertissement, vers la fin du mois de février au début de la période chaude. 

Ce masque Sénoufo représente une belle jeune femme avec un visage ovale allongé, un long nez à petites ailes, les « jambes » en haut et en bas du masque représentent des mèches de cheveux ou des cornes pour le haut.  Les décors à droite et à gauche du visage sont les oreilles. Le front, entre les deux mèches de cheveux, est souvent orné d’un caméléon, d’un oiseau calao, des noix du palmier à huile… Parfois le masque Sénoufo est constitué de deux visages côte à côte.

Tous les Senoufo n’ont pas de masque kpélié. Cependant il est tellement répandu dans tous le sud du pays Sénoufo que ce masque est devenu un emblème pour les Sénoufo tout comme le cimier tyi-wara pour les Bamanas. Le nom kpélié est dérivé du verbe « sauter », du coup le nom du masque traduit littéralement signifie « le visage qui saute » et fait référence aux danses endiablées qu’accompli celui qui le porte. Le masque Sénoufo Kpélié n’est entouré d’aucun secret, il peut être vu de tous.

Lorsqu’une personne commande un masque Sénoufo kpélié, elle donne rarement des instructions quand à la forme qu’il doit avoir. Chaque sculpteur a son propre modèle et c’est celui-ci qu’il exécute si on ne lui donne pas des instructions précises.

Les masques Sénoufo zoomorphes se présentent comme un heaume spectaculaire dont les éléments zoomorphes sont sculptés sur un plan horizontal. Les caractéristiques de plusieurs animaux peuvent apparaître selon l’usage du masque : cornes d’antilope, dents de phacochères. Il existe 4 catégories de masques zoomorphes :

-        Le masque Sénoufo ghodiugu : tête d’animal à gueule ouverte mais sans dents

Ce masque Sénoufo est utilisé pour symboliser le passage à l’âge adulte lors de la classe du Poro nommée tyologo. Son rôle est de déclencher les forces de l’au-delà. Ce masque apparaît aussi au cours des funérailles et représente le Poro.

-        Le masque Sénoufo korobla : tête d’animal à gueule ouverte avec des dents.

Il est l’opposé du waniugo et n’a qu’un rôle bénéfique. Ce masque Sénoufo porte des plumes et un col en raphia autour de sa base. Son rôle est de protéger contre la magie noire. Lors des funérailles, il tourne autour du mort et crie pour faire partir l’âme. Le korobla est connu pour cracher du feu, de la fumée, des essaims d’abeilles. C’est un chasseur de sorciers capable de les dévorer et les bruler.

-        Le masque Sénoufo gbeligeniugu : tête d’animal avec des cornes d’antilope et une gueule pleine de dents

Il intervient lors de l’évocation des thèmes fondamentaux de l’enseignement du Poro. Pendant les funérailles ce masque Sénoufo apparaît en frappant un petit tambour pour faire partir l’âme du mort et l’envoyer dans le monde des ancêtres et qu’elle n’importe pas les vivants. Le dernier usage est magique : quand quelqu’un désire fortement quelque chose, il revêt le masque après avoir rependu sur son couvre nuque en tissu le sang d’un animal sacrifié en vue du vœu.

-        Le masque Sénoufo waniugo : identique au précédent avec des cornes de phacochères. Il existe un waniugo double avec deux gueules en janus.

Il a un rôle magique. Les Sénoufo distinguent le petit monde dans lequel les humains vivent et l’immensité pleine de forces inconnues. Ce masque Sénoufo waniugo sert d’intermédiaire entre ces deux mondes et une boule de substance magique placée sur le front ou dans la gueule du masque symbolise les forces du mal.

Ce masque Sénoufo est le témoin des serments importants et tuera le parjure. On tient ce masque pour responsable des décès et aussi de la pluie, des tornades et de la foudre. Quand le masque a deux gueules cela signifie une puissance supérieure dans la sorcellerie.

Les statues Senoufo

-        Les statues Sénoufo magiques (kafigueledio).

Ce sont des statuettes sommairement taillées couvertes de tissu foncé des pieds à la tête. Les bras sont mobiles et tiennent des armes en bois ou en métal. La tête est recouverte de plumes ou de pics de porc-epic. Cette statue est liée à la magie noire, des sachets ou des cornes remplis de substances nocives l’attestent. Le tissu est recouvert du sang des victimes sacrifiées en son honneur. Des œufs lui sont offerts. On utilise cette statue pour pointer avec un de ses bras armé une personne pour lui jeter en sort, pour démasquer les faux témoignages, les complices, les receleurs lors d’une action de justice.

-        Les statues Sénoufo deble

Ces statues Sénoufo jouent un rôle lors des funérailles et du Poro. Grandes d’environ 1 mètre elles figurent une femme debout, les bras le long du corps, les mains sur l’aine, les pieds posés sur un gros cylindre comme un mortier.

Ces symboles de fécondité sont manipulés par de jeunes gens qui les frappent contre le sol avec un rythme lent pour purifier la terre et la rendre fertile, pour appeler les ancêtres et leurs forces positives.

Comme beaucoup de statues Senoufo, la coiffure a une forme de cimier, le visage est étroit et prognathe, la bouche étant représentée par une fente à l’extrémité du menton. Les seins sont légèrement galbés et pendants. Des paupières pendantes figurent les yeux.

-        D’autres statuettes Sénoufo de plus petites tailles existent, elles représentent des ancêtres proches ou mythiques.

-        Certaines statuettes sont utilisées dans les rituels de la secte féminine sandogo au cours de lesquels des séances de divination ont lieu. La fonction de devin (sando) se transmet entre femmes de la même famille. On peut aussi devenir devin après avoir été possédé par un esprit de la brousse ou un esprit python. En Afrique, la divination ne consiste pas à prédire l’avenir mais à savoir identifier les causes d’un mal (maladie, décès…)

-        Il existe aussi un long bâton figurant en son sommet une figurine assise. Ce bâton est un insigne identifiant les bons agriculteurs lors des cérémonies dédiées à la fertilité de la terre.

-        Les calaos

Il s’agit d’un oiseau dressé comme un être humain. La tête ronde possède un bec immense et courbé qui va toucher un ventre proéminent. Les ailes sont déployées et de formes rectangulaires. Cette statue représente le calao qui est un des animaux primordiaux. Les calaos apparaissent lors de cérémonies du Poro où elles figurent les forces vives de l’univers à ses débuts.

Nous vous proposons dans les paragraphes qui suivent de découvrir les caractéristiques du peuple Senoufo et de comprendre l’usage des statues et des masques Senoufo.

Organisation politique et sociale des Sénoufo

Il existe le chef politique du village et le chef de terre. Ce dernier a une fonction de prêtre et joue un rôle d’intermédiaire entre les cultivateurs et les ancêtres. Le système de parenté est matrilinéaire.

Le village type se compose d’une douzaine de quartiers habités chacun par un lignage distinct. Ses habitants vivent de la récolte obtenue grâce au travail commun de la terre. Chaque lignage habite une zone, entourée de murs, pouvant contenir plusieurs maisonnées, incluant greniers, huttes pour hommes et femmes, des cours dépendances, autels, huttes de divination. Le village est dirigé par un conseil composé de tous les hommes âgés qui assistent le chef, descendant, par les femmes, du lignage fondateur (société matrilinéaire). Chaque lignage est dirigé par un chef choisi parmi les habitants les plus âgés, non pour ses qualités, mais par des règles successorales passant par les femmes.

Le forgeron, comme chez les Bamana et Dogon est casté. C’est l’artisan du fer et du bois (uniquement pour les objets usuels). Il a aussi des fonctions sacerdotales.

L’initiation des hommes chez les Senoufo: le Poro

La connaissance s’acquiert à deux niveaux : la 1ère est pratique avec l’apprentissage d’un code moral qui concerne tout le monde. La 2nde est ésotérique et se fait au sein du Poro.

Une institution réservée aux hommes, Le Poro, que l’on retrouve chez d’autres ethnies, est le pilier de la vie communautaire. Chargé de l’initiation et de la formation des jeunes garçons, son objectif est de former un homme accompli, socialement intégré dans la communauté et pouvant accéder à des responsabilités publiques. Chaque quartier, habité par un lignage distinct a sa propre communauté du Poro.

Le Poro comprend 3 classes :

1° Les garçons de 13 à 20 ans : d’abord les enfants dansent avec un cimier de bois représentant le calao, symbole de fécondité (phase nayogo). Puis (phase kaapara) ils apprennent l’histoire du peuple, la généalogie des chefs, les rites mineurs et danses rituelles.

2° Dans cette classe (tyologo) a lieu la mort symbolique de l’initié et sa résurrection en tant qu’adulte. Il suit une initiation approfondie au sens du monde et des choses.

3° Cette 3ème classe (kafo) comprend les hommes mûrs, elle s’occupe de l’initiation des deux classes précédentes et du rituel des funérailles.

Au cours de l’initiation des membres et pour les enterrements interviennent les masques.

Les sessions de formation dans le bois sacré durent environ 1 mois. Entre ces sessions, les initiés réalisent des travaux collectifs et apprennent une langue secrète.

La société Poro, très puissante, génère un esprit de coopération, de fraternité, une entraide permanente entre les initiés d’une même classe d’âge. Un villageois qui n’aurait pas été initié serait exclu du village et n’aurait aucun droit en tant que citoyen.

Chaque quartier ou section du Poro possède un bois sacré qui est une zone de forêt. Contenant plusieurs édifices, cet endroit est visité par les ancêtres défunts et les esprits de la brousse. Il contient un sanctuaire, qui abrite l’autel où sont réalisés les sacrifices et une maison de réunion et d’enseignement pour que les initiés puissent préparer les cérémonies rituelles et les fêtes.

L’initiation des femmes : le Sandogo

Elle prépare les jeunes filles à l’excision, à être des mères. La maternité permet ensuite de gravir des échelons supérieurs.

Des statuettes magnifiant la fécondité et la procréation existent, elles figurent des femmes alaitant l’enfant sur les genoux. Ces statues ont un rôle religieux important, elles sont parfois enduites de sang provenant de sacrifices.

Dans certaines tribus Senoufo, les femmes dansent au son d’un tambour une statuette féminine posée sur la tête

le Sandogo est chargé de la divination et des relations avec les esprits de la brousse qui pourraient être perturbés par les activités agricoles, la chasse et l’artisanat. Il n’y a qu’une seule section du Sandogo par village.

Croyances religieuses Sénoufo

Les Sénoufos croient en deux dieux Kolotyolo masculin et Katyelëëö féminine, créateurs du monde et divinités lointaines et inaccessibles (Cf : section Arts & Sociétés sur le site). Les rites du Poro sont dirigés vers la mère du village, Katyelëëö, qui a le pouvoir de régénérer le monde et racheter l’homme.

La première étape de la genèse vit la création des astres, de la pluie, des cours d’eau et des arbres ainsi que des animaux primordiaux. La deuxième étape vit la création de l’homme et de la femme.

Le sculpteur Sénoufo

Le sculpteur est un artisan qui fabrique toutes sortes d’objets, dans le cadre d’une entreprise familiale suivant les lois de successions matrilinéaires. Il vit dans un secteur séparé avec les forgerons. Théoriquement donc, la succession se fait par lien de parenté, cependant, étant donné le caractère fondamental de cette activité pour la vie liturgique du village, les chefs du village peuvent décider de mettre en apprentissage, des élèves potentiellement doués ou des neveux ou cousins du sculpteur.

La formation dure 7 à 8 ans. L’apprenti commence par apprendre à façonner des objets profanes, car l’initiation est une condition sine qua none à la fabrication d’objets rituels. L’objectif est de savoir concevoir des objets dotés de vertus surnaturelles. Il y a de nombreux interdite et les apprentissages de la mythologies sont importants.

La sculpture Sénoufo est importante quantitativement et les ateliers sont nombreux.

Objets coups de coeur