Dan , Objet d'art de l'ethnie Dan - Art-africain.fr
fermer cette fenêtre


Dan

Les masques Dan sont de type classiques et se caractérisent globalement par une reproduction assez fidèle et idéalisée du visage humain. Les critères esthétiques sont fondamentaux, parmi lesquels : un front très haut et bombé, la bouche est fine (un critère aristocratique chez les Dan), les pommettes sont saillantes.

A l’opposé, les masques Guere ont un style expressionniste. Les masques Guere se caractérisent par des déformations dans le traitement du visage ou de certaines parties de celui-ci, tendant à une extravagance typique : ce peut être le front, les pommettes, la bouche, le nez, les yeux.

Les masques Dan en bois sont très nombreux. Ils incarnent la force spirituelle surnaturelle appelée gle, qui habite dans la forêt et souhaite participer à la vie des hommes dans le village

Les statues Dan sont puissamment modelées et représentent généralement une femme. Le corps est robuste, en position debout, les bras sont ballants.

Les Dan vivent au nord-est du Liberia et au nord-ouest de la Côte d’Ivoire, dans des régions couvertes par la forêt au sud et la savane au  nord. Les Dan sont des agriculteurs qui défrichent régulièrement la forêt pour obtenir de nouveaux champs. Ils cultivent le riz et un peu le manioc. Ils vivent aussi de la chasse et de la pêche.

Les Dan ont la réputation d’être des  guerriers hardis et sont fréquemment en lutte avec leurs voisins les We, les Gouros et au sud avec les Mano.

L’initiation, circoncision pour les garçons et excision pour les filles constitue une étape fondamentale et incontournable de la vie des Dan.

Les Guere (ou Kran ou Wee) habitent à côté des Dan en Côte d’Ivoire occidentale et au nord du Libéria.

Les masques Dan

Les masques Dan en bois sont très nombreux. Ils incarnent la force spirituelle surnaturelle appelée gle, qui habite dans la forêt et souhaite participer à la vie des hommes dans le village. Etant invisible, elle doit apparaître en rêve avec sa forme complète et sa fonction à un initié. Ce dernier doit alors aller voir le conseil des anciens pour lui en faire part. Le conseil des anciens décident alors s’il est opportun de créer le masque Dan décrit et le laisser porter par l’initié qui en a rêvé.

Les masques Dan sont caractérisés par une face concave, un menton pointu, une bouche protubérante, un haut front, et sont souvent recouvert d'une riche patine marron. Différents types de masques dan existent et ont chacun une fonction précise.

La présence des masques Dan est requise pour chaque évènement significatif. On distingue de nombreux types de masques, qui bien qu’ayant des fonctions différentes peuvent avoir des éléments formels communs.

  • Les masques Dan dédiés aux ancêtres. Chez les Dan et les Guere il y a des masques qui ne sont pas directement liés au Poro mais ont une dimension personnelle. Ces masques Dan sont sculptés après le décès d’un ancêtre pour jouer le rôle de réceptacle de son âme et apporter des bienfaits à leurs descendants qui leurs adressent en échange des prières et des sacrifices. Ces masque Dan avaient un représentant dans la société Poro, c’était un grand masque féminin « mère de tous les masques ».
  • Le deangle est un masque Dan féminin, bienveillant, de forme ovale, les yeux en amendes, parfois  recouverts d’une bande blanche en kaolin, le front divisé jusqu’au nez par un bourrelet vertical, les lèvres protubérantes, souvent entrouvertes sur quelques dents en métal. Ce masque Dan peut servir d’intermédiaire entre le village et les jeunes en cours d’initiation, il est alors appelé : bonagle. Il ne danse pas et ne chante pas, mais plaisante avec les femmes pour quêter de la nourriture.
  • Le masque Dan tankagle, porté durant certaines fêtes, est assez similaire au masque déanglé. Il est simplement plus grand et plus détaillé.
  • Le masque Dan bagle comportant des yeux tubulaires, au front bas, avec des moustaches et un crâne surmonté de cornes, est  un masque destiné à faire rire grâce à son comportement grotesque. Durant les fêtes, ce masque Dan bagle a pour bur d'amuser les villageois : son porteur jette des objets sur les spectateurs et frappe les musiciens avec un bâton recourbé.
  • Le masque Dan kagle avec des yeux triangulaires troués, avec un front, des arcades sourcilières, des pommettes sculptées avec de forts reliefs, joue à taper le public avec un bâton. L’assistance devant éviter ses coups.
  • Les masques Dan instructeurs Ils donnaient une médecine pour qu’un homme rassemble tout ce qu’il possède pour payer une dette. Ils allaient chercher la nourriture au village pour les apporter aux initiés quand ils faisaient des retraites en forêt. Les masques Dan instructeurs donnaient des recommandations pour l’hygiène du village. Ils enseignaient le respect envers les personnes âgées…
  • Le masque Dan gunye gä, ou masque de course est un masque masculin. Il est souvent rouge avec un visage pointu vers le bas et des yeux ronds et troués cernés de noir. La tradition veut que le porteur du masque Dan gunye gä soit poursuivi par un coureur non masqué; s'il est rattrapé, le porteur du masque  Dan gunye gä doit passer le masque au vainqueur, qui à son tour sera poursuivi par un autre coureur. Ces courses avaient autrefois pour but d'entrainer les hommes à la course et aux combats mais de nos jours, sont plutôt des jeux.
  • Le masque Dan zapkai assez similaire au masque Dan gunye gä, s'en différencie par un tissu rouge collé sur les yeux. Il a le visage rouge et les yeux sévères. Il agit contre les feux de forêt qui apparaissent durant la saison sèche. En saison sèche, au lever du soleil, le masque Dan zapkai vérifie dans les cases si tous les feux ont été éteints. Le cas échéant il brise un pot de nourriture et prend un objet du ménage en gage que le mari devra aller chercher le soir contre paiement d’une amende.
  • Les masques Dan avec des éléments Zoomorphes : La force vitale des animaux de la forêt est importante. Ils sont crains et vénérés. Des masques Dan représentant des rapaces, éléphants, calaos, léopards…combinés avec des éléments de visages humains sont réalisés. Ainsi le Gäcon représente le calao (1ère créature de Dieu), il possède un bec et des moustaches.
  • Le masque Dan weplirkirgle a des yeux protubérants en forme de tubes. Il est doté d’une infirmité et personne doit s’en moquer même si ses gestes prêtent à rire.
  • Le masque Dan bugle a comme rôle important de bénir et d’escorter les guerriers ou les chasseurs. On le reconnait par sa bouche de taille exagérée avec de grandes dents, il a des yeux tubulaires une patine noire et épaisse, une rangée de cornes sur le front et, quand elle est préservée, une grande coiffe de plumes noires et un éventail qu’il tient dans ses mains. Le masque Dan bugle danse avec fougue, montrant sa force en portant parfois quelqu’un sur ses épaules. Pendant les guerres il bouge continuellement pour éviter les flèches.
  • Le masque Dan duglé appelé aussi "la vache", au front haut et à la bouche immense ressemblant à un bec, est porté durant les festivités importantes.
  • Le masque Dan gagon a la même fonction que le masque Dan duglé mais on le trouve surtout dans la partie nord du pays dan. Il possède un front haut, des yeux en amande, un grand nez en forme de bec sous lequel est attaché un morceau de fourrure et une mâchoire mobile.
  • Le masque Dan gléwa est porté lors des cérémonies liées à des traités de paix. De grande taille, il représente soit une tête d'éléphant avec des yeux tubulaires et un front séparé par une ligne médiane, soit un visage humain aux traits exagérés.
  • Le masque Dan go ge appartient à l’ainé des ancêtres du Poro. Il préside les assemblées qui discutent des affaires du village. Le masque Dan go ge est posé à terre et recouvert d’un tissu blanc. C’est en sa présence que se prennent les décisions. A la mort de son possesseur il est hérité par son fils et le plus souvent par son neveu. Un sacrifice humain était offert lors de la succession à l’héritier. Le masque Dan go ge est caractérisé par des yeux protubérants avec des disques de porcelaine ou de métal, des lèvres garnies de feutre rouge, une longue barbe avec des perles en verre et des graines. Une patine sacrificielle le recouvre.
  • Chez les Dan du Libéria Go ge, appelé Gaa Wree Wre, représente la justice idéale. Autrefois il pouvait arrêter une guerre. Maintenant il tranche les conflits graves. Il est en bois noirci, les yeux en fente avec du kaolin. Une marque verticale faisant excroissance orne le front. Sa coiffure pointue est recouverte de tissus indigo et rouge et décorés de cauris. Le front est surmonté d’un diadème de cauris et de perles bleues et rouges. Autour du menton sont accrochées des dents de léopard et des clochettes. Tous ces éléments sont signe de prestige. La couleur rouge démontre le rang élevé du masque, le rouge étant la couleur du sang et du léopard. Contrairement à Go Ge, le masque Gaa Wree Wre ne danse jamais. Il est assis à côté d’un interprète qui traduit ses réponses (dites dans un langage obscure provenant des esprits) à la personne qui est venu lui soumettre un problème.
  • Le masque Dan Kao gle a des traits accentués, avec un front protubérant, des yeux enfoncés, les joues avec des saillies pyramidales. Il cherche à effrayer par son comportement. Kao gle est un bon masque Dan qui joue un rôle de policier, assistant de go gé. Il parait en public assisté d’un orchestre et chasse les sorciers. Il a aussi pour fonction de faire nettoyer les sentiers. Autrefois quand un homme perdait son sang froid, le masque Dan Kao gle lui imposait une forte amende.
  • Les masques Dan « Messagers » : ce sont les adjoints de masques importants et les remplacent pour aller annoncer dans des villages les désidératas de ces derniers. Ils peuvent aussi annoncer l’ouverture d’un Poro, escorter les garçons qui vont se faire circonscrire…
  • Les dan peuvent aussi porter de petits masques (de moins de 20cm de haut) appelés masques passeports cousus sur un morceau de tissu et gardés dans un petit sac ou encore attachés à la base du dos d'un homme. Ils sont généralement des copies des masques Dan familiaux et peuvent recevoir des libations. Ces masques servent à détourner vers d’autres personnes les maléfices et servent aussi de témoins dans les cérémonies d'initiation.
  • Les masques Dan miniatures Ma. Chaque homme d’une certaine importance en possède un. Il n’est pas vu par son épouse. Tous les matins des prières lui sont adressées pour apporter la chance à son possesseur et éloigner la sorcellerie. Une seule femme a un masque miniature, c’est une femme agée qui fait partie de la société masculine du Poro et possède le « masque mère » et une sculpture féminine janus.
  • Les masques de divertissement Leurs traits sont composés d’éléments Zoomorphes, certains sont bienveillants avec des traits féminins, d’autres battent les spectateurs…On les voit à l’époque des récoltes ou pour divertir les villageois.

Le style des masques Dan

Les masques Dan sont de type classiques et se caractérise globalement par une reproduction assez fidèle et idéalisée du visage humain. Les critères esthétiques sont fondamentaux, parmi lesquels : un front très haut et bombé, la bouche est fine (un critère aristocratique chez les Dan, les pommettes sont saillantes.

A l’opposé, les masques Guere ont un style expressionniste. Les masques Guere se caractérisent par des déformations dans le traitement du visage ou de certaines parties de celui-ci, tendant à une extravagance typique : ce peut être le front, les pommettes, la bouche, le nez, les yeux.

Tant chez les Dan que chez les Guere on constate une tendance consistant à l’introduction dans le visage anthropomorphe d’éléments fantaisistes et hétérogènes. Ce peut être un bec d’oiseau, des oreilles ou autre élément d’un animal sauvage, des cornes…

Le style des masques Guere-Wobe

Tous les traits du visage sont hypertrophiés de façon expressionniste. Le front est doté d’une nervure verticale. Les yeux sont des sphères fendues horizontalement ou des cylindres. Le nez est massif, parfois busqué. La grande bouche est soit naturaliste, soit constituée par un hémisphère fendu  et fréquemment articulé. Elle possède des dents en métal ou des véritables dents humaines ou animales. Les oreilles sont de formes humaines ou encore ressemblent à celles de la chèvre, du phacochère ou de l’antilope. Quand il existe deux paires de cylindres superposés, l’un représente les yeux, l’autre les pommettes. Des défenses de phacochère se trouvent soit entre les yeux et le front, soit entre le nez et la bouche. Même si certains masques peuvent avoir un aspect simiesque, il s’agit de masques anthropomorphes.

Il existe trois sous styles :

-        Dan-Guere : le front et les pommettes sont accentués. Les yeux sont des trous triangulaires ou ovales sans bords proéminents. Le haut du front possède souvent une frise décorative de cornes d’antilope. Les pommettes proéminentes sont pointues ou arrondies.

-        Flanpleu : la patine est profonde et luisante. Les paupières supérieures sont proéminentes en forme de quart de sphère. La paupière inférieure est un mince bord horizontal.  La bouche est charnue avec une lèvre supérieure très relevée. Une frise de cornes d’antilope décore le front.

-        Koulime : très expressionniste. Les traits du visage (yeux ronds, nez, bouche) sont très accentués.

Les masques de styles périphériques aux Dan et Guere-Wobe

Ce sont des masques qui subissent l’influence des deux groupes majeurs Dan et Guere-Wobe.

Les masques de la région septentrionale

Il est proche du style Dan classique. Le masque a une forme ovale très pure. La paroi est mince. L’articulation des volumes du visage est toute en nuances. Le front est légèrement bombé et prend la moitié de la hauteur du visage. Les yeux sont souvent ronds, parfois ourlés par un bord légèrement en relief et peint avec de la terre blanche ou recouvert de métal brillant. Les yeux ronds et les pommettes accentuées sont les caractéristiques des masques masculins. Les yeux en fentes appartiennent plutôt à des masques féminins. La bouche est prognathe, souvent sans cavité buccale. Elle est soit réaliste soit de forme losangée. Parfois les dents sont des lamelles de fer blanc, d’aluminium ou de cuivre et sont fixées sur la lèvre supérieure. Certains masques sont si naturalistes que l’on dirait des portraits. Il existe aussi des masques avec des éléments zoomorphes (bec d’oiseau ou plus rarement à cornes). Ces masques sont soit des gardiens du feu soit des masques de course. Il arrive parfois que le masque à bec d’oiseau ai le bec remplacé par un long nez. La patine est noire, très lisse et luisante.

Les masques de la région méridionale

Les Dan de cette région habitent dans une forêt dense et la proximité géographique avec les Guere-Wobe entraine une forte influence expressionniste. Le front est systématiquement orné d’une nervure verticale qui se prolonge parfois sur le nez. Ces masques sont moins bombés et ont aussi un menton plus étroit et pointu que dans le nord. Les yeux sont souvent en fente. La bouche possède presque toujours des dents. De petites oreilles sont sculptées à hauteur des yeux. Il existe aussi des masques avec des yeux ronds, mais contrairement à ceux du nord, ils sont cerclés d’un bord très épais. Enfin, la patine, contrairement à celle du nord est obtenue avec une peinture végétale et donne un noir grisâtre, plus facilement effaçable.  

Les statues Dan

Ces statues sont puissamment modelées et représentent généralement une femme. Le corps est robuste, en position debout, les bras sont ballants.

Il existe peu de statues et elles ne sont pas des représentations d’ancêtres, ni de génies mais des portraits d’épouses favorites, qui sont commandées pour accroître le prestige de son propriétaire.

Il existe quelques statues dédiées à un culte de fécondité. Ce sont des statues avec un enfant se présentant debout et de front ou dans le dos de sa mère. Le visage de l’enfant est celui d’un petit masque.

La figure a une forme ovale, des yeux étroits, des lèvres expressives découvertes sur quelques dents en métal sur la gencive supérieure. Les traits du visage reprennent globalement le style des masques. Le cou est orné de plusieurs bourrelets circulaires. Les jambes sont courtes, les bras sont droits. Des scarifications décorent le ventre. La coiffure est sculptée et dispose parfois de quelques tresses en fibres. La statue est décorée de petits morceaux de tissus ou de bijoux aux poignets et aux chevilles. Elle peut porter des colliers, des boucles d’oreilles, des bracelets.

Les cuillères Dan

Une femme réputée par son hospitalité, son accueil généreux et la qualité de sa cuisine peut posséder une cuillère en bois sculpté. Le rôle de cette femme est d’accueillir et de nourrir les voyageurs, ainsi que les hommes venus aider à défricher les champs et les musiciens. Elle peut danser avec sa cuillère et cette dernière a le pouvoir de rendre riche et permet d’avoir  un ascendant sur les autres femmes. Certaines cuillères ont un manche orné d’une tête, d’autres ont un manche constitué d’une paire de jambes.

Chez les Dan-Guere, la cuillère appartient aux femmes du chef. Elles l’utilisent pour fêter l’initiation de leur fils ainé et nourrir à cette occasion du riz aux ancêtres protecteurs, qui sera consommé par les habitants du village.

Les sculpteurs Dan

Les Dan ont une unité de style proche de  l’uniformité.

Autrefois, les sculpteurs étaient récompensés par des fêtes, de la nourriture, des femmes. Ils avaient un avenir assuré. Ils recevaient le don de sculpter au cours d’un rêve. Ils travaillaient aussi pour des chefs qui souhaitaient éblouir leurs hôtes par la magnificence et le prix de leurs sculptures.

 

Organisation de la société Dan

Il s’agit d’une société patrilinéaire dans laquelle le pouvoir appartient aux anciens.

L’initiation avec la circoncision pour les garçons et l’excision pour les filles est une étape fondamentale dans la vie de chacun des Dan.

Les Dan ont vécu sans unité centrale, ni institution, ni unité politique, jusqu’à la fin du 19ème siècle avec la création de la société du léopard (ou go).

Le village Dan était composé de plusieurs clans qui s’unissaient autour d’un chef choisi pour sa personnalité, ses talents de militaire et d’agriculteur. Cette union était très précaire et un Dan pouvait aller s’installer facilement ailleurs. La fréquence des attaques entre villages Dan requérait une défense solide qui était assurée par de jeunes guerriers qui trouvaient dans cette activité un moyen d’acquérir du prestige. Les raids avaient pour but de s’approvisionner en esclaves, qui en partie, alimentaient leur cannibalisme. Le chef du village devait rendre des comptes au conseil des anciens, structure qui détenait aussi du pouvoir. Pour progresser dans l’échelle sociale Dan, les chefs de clans organisaient de grandes fêtes et distribuaient des cadeaux. Aussi devaient-ils être riches pour devenir puissants.

Actuellement où il n’est plus possible de se distinguer à la guerre ou de fonder une communauté sans autorisation du gouvernement central, l’acquisition de prestige reste un but essentiel des la vie des Dan que l’on peut résumer par : prestige, célébrité, succès. Ce type de vie conduit à un individualisme forcené, à une très forte hiérarchisation, notamment dans les nombreuses sociétés secrètes, les associations de danseurs, de porteurs de masques, d’artisans.

Les sociétés initiatiques chez les Dan

Au chef du village et au conseil des anciens, s’ajoutaient les associations masculines qui tentaient de renforcer l’unité socio-politique Dan. Dans cette optique elles imposaient des règles de comportement très strictes, et exigeaient des membres une loyauté et une obéissance totale. Elles dispensaient aux jeunes un enseignement initiatique durant environ 4 mois. Ces sociétés Dan invoquaient les esprits de la brousse. La plus puissante de ces sociétés est encore de nos jours la société du léopard. Elle n’a pas encore achevé son œuvre stabilisatrice et unificatrice de la société, cependant son influence s’étend d’année en année à partir de son pôle d’implantation initial dans le nord-est du pays. Elle consiste en un culte dédié à un esprit pacificateur très puissant : gogle. Les traits de de gogle peuvent varier d’un village à l’autre. Il arrive parfois qu’un masque Dan déjà existant soit détourné de son usage initial pour l’incarner. Le porteur et propriétaire du masque dispose d’un statut très important dans la hiérarchie. Les femmes reçoivent aussi une initiation qui se conclue par l’excision.

Les croyances religieuses des Dan

Chez les Dan, les masques sont les esprits de la brousse et non uniquement leurs représentants. Leur apparition, lors des fêtes masquées, résout les conflits qui n’ont pu être solutionnés par le chef du village.

Les Dan croient en un monde scindé en 2 sphères :

  • Celle du village avec ses habitants et les ustensiles et infrastructures crées par l’homme.
  • Celle de la forêt avec les animaux sauvages, les esprits, les champs qui restent à défricher.

Franchir la ligne de partage entre ces deux mondes peut être dangereux.

Zlan a créé le monde à partir de la boue qu’il a façonné de ses propres mains. Il est inaccessible. De ce fait on implore Du, pouvoir spirituel invisible mais présent dans tous l’univers. Ce pouvoir spirituel quitte le corps d’un  homme à sa mort et attend sa réincarnation dans le monde des morts. Le rêve est le moyen de communication de Du avec les hommes.

Objets coups de coeur