Bobo , Objet d'art de l'ethnie Bobo - Art-africain.fr
fermer cette fenêtre


Bobo

L’art des Bobo se manifeste surtout dans les masques qui sont des incarnations de Dwo, fils du dieu créateur Wuro qui a laissé son fils sur la terre pour aider les hommes. Les masques Bobo ne se produisent qu’en plein jour et sont muets. Les masques participent aux cultes privés et collectifs de la vie sociale, religieuse et économique.

Les masques Bobo des forgerons sont réalisés en bois polychrome. Il existe les masques Molo pour les rites funéraires et fêter l’année nouvelle. Les forgerons sculptent d’autres masques en bois anthropomorphes ou zoomorphes qui ne servent qu’à la danse.

Les Bobo habitent au Burkina Faso et au Mali. Ils parlent une langue Mande.

Les masques Bobo

L’art des Bobo se manifeste surtout dans les masques. Tous sont des incarnations de Dwo. Leur port rappelle, célèbre et renouvelle le pacte conclu entre Wuro et les hommes par l’intermédiaire de Dwo. Leur objectif est aussi de réparer les erreurs commises par les hommes et d’effacer le mal en restaurant l’équilibre donné par Dieu.

Les masques Bobo ne se produisent qu’en plein jour et sont muets. Ils participent aux cultes privés et collectifs de la vie sociale, religieuse et économique.

Les masques des agriculteurs Bobo

Les masques Bobo en feuilles sont constitués de feuilles fraiches sacrées cueillies dans la brousse. Leur durée de vie n’est que d’un jour. Ils interviennent pour chasser l’âme dangereuse qui se trouve dans le mil avant qu’elle ne soit consommée. Le mil est une plante sacrée donnée aux hommes par Wuro mais sa culture se fait au détriment de la brousse qui est le domaine de Soxo, d’où les substances nocives contenues dans les feuilles.

Il existe d’autres masques Bobo en fibre utilisés lors des stades ultérieurs de l’initiation au cours desquels les initiés vont endurer des épreuves physiques, soit des fustigations qui se déroulent lorsque le néophyte passe de la brousse au village ou chaque fois qu’il passe entre deux milieux qui s’opposent par exemple la brousse et les terres cultivées.

Les masques des forgerons Bobo

Les forgerons possèdent des masques de feuilles ou de fibres, mais ceux qui leurs sont propres sont réalisés en bois polychromés. Ils ont des formes variés mais sont toujours une représentation de Dwo.

On distingue le Molo qui est un masque Bobo fait d’une seule pièce dans un bois sacré. La tête possède un visage allongé placé sous un crâne arrondi surmonté d’une crête et de deux fortes cornes. Le visage est rectangulaire ou trapézoïdale, les yeux sont ronds ou rectangulaires, le nez est long et saillant. Le modèle masculin n’a pas de bouche tandis que le féminin a une bouche proéminente. Le bas du masque  possède un court manche pour aider le danseur à le maintenir en place. On appelle ce masque So Molo quand le danseur est nu et couvert de cendre blanche pour les premiers rites funéraires. On le nomme Sibe Molo quand le danseur est vêtu d’une tunique de feuille pour l’initiation des forgerons appelée Sibe ou encore pour la phase ultime des funérailles ou aussi pour fêter l’année nouvelle. Le Molo doit être taillé à l’écart du village et être consacré par un sacrifice pour avoir une valeur religieuse. Pour les profanes ce masque est bienfaisant car le toucher peut apporter la guérison d’une maladie.

Les forgerons Bono sculptent d’autres masques en bois anthropomorphes ou zoomorphes qui ne servent qu’à la danse. Les traits des visages anthropomorphes sont symbolisés par une puissante géométrie. Ces masques casques évoquent la jolie fille du village, un guerrier, un forgeron.

Les masques Bobo zoomorphes représentent l’antilope, le buffle, le calao, le coq, le poisson, l’épervier… Ils représentent des forces de fertilité et de fécondité.

Organisation sociale et économie des Bobo.

Les Bobo sont des agriculteurs, ils cultivent surtout le petit mil et le sorgho rouge qui sont des plantes sacrées. Ils cultivent aussi le coton.

Il existe aussi des forgerons et des griots qui appartiennent à des castes mais qui sont considérés ni comme supérieurs ni comme inférieurs mais juste différents. Le forgeron est considéré comme étant le premier homme créé et qui a le privilège de manier le feu. Le griot manipule la parole considérée comme étant aussi importante que la maîtrise du feu et qui sont deux éléments particulièrement importants pour la vie religieuse. Forgerons et griots sont considérés comme étant les médiateurs de la remise des fautes et offenses de n’importe quel membre ou groupe d’individus de la société.

Les Bobo sont patrilinéaires.

Il n’existe pas de pouvoir centralisé comme chez les Mossi. L’autorité est assurée par les chefs de lignage qui sont les descendants des fondateurs des villages. Les lignages constituent des clans qui  ont une devise, des interdits (animal ou végétal) et un nom. Les interdits claniques prennent position sur les mariages entre membres de clans différents.

Le chef d’un village, composé en règle générale de plusieurs lignages, est un prêtre qui joue le rôle d’intermédiaire entre ses ancêtres et les vivants. Les membres les plus âgés des lignages constituent le conseil des anciens qui assiste le chef du village dans ses décisions.

L’initiation dure 15 ans, répartie en 4 classes d’âges. Presque adolescents, les jeunes initiés apprennent dans un endroit sacré de la brousse que les masques sont portés par les hommes du village. Ils promettent alors de garder ce secret et de ne pas en faire la révélation aux femmes et aux non initiés. Les jeunes initiés doivent mâcher une feuille d’un costume de feuille d’un homme masqué pour rentrer en communion avec Dwo.

Croyances religieuses des Bobo

Les Bobo croient en l’existence d’un dieu suprême nommé Wuro. Les mythes de la genèse ne sont connus que par les vieux sages. Wuro est un dieu dualiste qui recouvre le village et la brousse, la nature et la culture, les animaux sauvages et domestiques.

A la fin des temps de la genèse, Wuro se retira et laissa aux hommes son fils Dwo (le masque) qui est considéré comme une parcelle de Wuro et qui est chargé d’aider les hommes et de jouer le rôle d’intermédiaire entre Wuro et les hommes. Wuro a deux autres fils qui sont Kwere (la foudre) qui punie et Soxo (l’esprit de la brousse, c'est-à-dire de la nature sauvage). Dans chaque village des autels leurs sont construits. Les forgerons sont les prêtres du culte de Dwo. Les masques permettent de perpétrer les traditions, leur usage est appris aux jeunes garçons lors de leur initiation. Les esprits de la brousse et les ancêtres, en particulier le fondateur du village, reçoivent des sacrifices. Les Bobo habitent un pays de savane sèche, aussi ont-ils de nombreux cultes dédiés à la pluie.

Objets coups de coeur